Mémoire des crises 2.0 : 2017 (Janvier)

Print Friendly, PDF & Email

Il était temps de reprendre notre pérégrination temporelle des crises sur les réseaux sociaux avec l’année 2017. Le mois de janvier fut assez classique avec pas mal de crises autour du sexisme, mais aussi un cas assez rare (la valeur nationaliste comme moteur)

  1. Le forem

Lieu d’où survient la crise : Offline

Lieu de mécontentement :  Facebook / Twitter
Niveau de crise : 1

En début d’année 2017, le Forem publie une campagne publicitaire qui va allumer les réseaux sociaux belges :

L‘affiche jouait fortement sur les stéréotypes, particulièrement au regard des illustrations pour le sexe opposé. Même si l’angle réseau sociaux était celui qui illustrait les articles sur le sujet, le nombre de tweets est resté assez mesuré et se concentrait autour des médias.


Enseignement :

Comme d’habitude, en Belgique, il suffit de peu de volume de tweets pour alerter la presse.

2. Philips

Lieu d’où survient la crise : Offline

Lieu de mécontentement :  Facebook
Niveau de crise : 1

 

Sur un de ces coffrets de fin d’année Phillips sous licence Star Wars a utilisé l’image du seul Stormtrooper qui est une femme, la Capitaine Phasma, pour vendre un rasoir électrique pour hommes. Sur les réseaux sociaux, les fans de la célèbre saga se sont bien moqués de la marque.

Enseignement :

Le détail a encore fait mouche !

3. Ikea

Lieu d’où survient la crise : Offline

Lieu de mécontentement :  Twitter
Niveau de crise : 1

Suite à l’émission de Cash Investigation sur le bois, Ikea va être attaqué sur les réseaux sociaux, ce qui fera faire quelques articles à des journalistes.

Enseignement :

Le côté aléatoire de la génération d’articles sur les réactions sur les réseaux sociaux par rapport à Cash Investigation est un phénomène intéressant à observer.

4. Université de Strasbourg

Lieu d’où survient la crise : Blog

Lieu de mécontentement :  Twitter / Facebook
Niveau de crise : 1

Sur un tumblr « Paye ta fac », des étudiants ont reportés des remarques sexistes tenues par leurs professeurs ce qui alertera les réseaux sociaux, ainsi que des journaux régionaux. 

Enseignement :

  • Les prémices de BalanceTonPorc

5. Orange

Lieu d’où survient la crise : Twitter

Lieu de mécontentement :  Twitter / Facebook
Niveau de crise : 1

Une blogueuse a déclenché un vif débat après s’être plainte d’un message que lui a envoyé un technicien d’Orange. Après s’être rendu chez elle, le technicien d’Orange a utilisé le numéro de téléphone figurant dans le contrat de l’utilisatrice pour lui envoyer le SMS suivant « Rebonjour, c’est le technicien d’Orange. Juste pour vous dire que vous étiez très jolie et que vous avez un très beau sourire. »

Un débat a alors éclaté sur les questions de drague ou d’harcèlement. Deux camps schématisés dans la cartographie suivante se sont opposés :

Sur la droite, les supporters de la blogueuse, Buffymars, sur la gauche, ses opposants. L’entreprise Orange est presque totalement absente de ces conversations : la problématique la dépasse.

Enseignement :

  • Ce scandale prouve que dans plus en plus de cas de crises l’entreprise n’est qu’un acteur. La crise éclate et met en débat une valeur sociétale dans son ensemble et non pas l’entreprise directement.

6. Kia

Lieu d’où survient la crise : Offline

Lieu de mécontentement :  Facebook
Niveau de crise : 1

Kia va susciter une vive polémique en Tunisie suite à ce qui est jugé comme une profanation de son drapeau.

En réponse à cela, la marque dira « Le logo de la marque n’a pas été imprimé sur le drapeau national, mais il s’agit d’une cape aux couleurs de la Tunisie dédiée aux supporters lors des matchs.

 Cette cape a été distribuée lors de la cérémonie d’annonce du sponsoring qui a eu lieu le 4 janvier dernier en présence des joueurs, des journalistes  et des responsables de la Fédération Tunisienne de Football.

L’idée a été conçue à l’instar des casquettes ou des cache-cols aux couleurs des pays participant à des cérémonies footballistiques majeures.

Kia n’a aucune mauvaise intention et n’osera jamais porter atteinte au drapeau tunisien, elle a voulu tout simplement offrir ce cadeau aux supporters des Aigles de Carthage. »

Enseignement :

  • Les symboles nationaux sont toujours des éléments problématiques pour une organisation.

7. Le Figaro

Lieu d’où survient la crise : Offline

Lieu de mécontentement :  Facebook
Niveau de crise : 1

Dans ses papiers, Le Figaro a publié une campagne anti-IVG :

 

De nombreux internautes se sont alors émus qu’un grand quotidien français puisse se faire de l’argent sur le compte de la propagande anti-ivg. Le débat ira d’ailleurs jusqu’à un certain malaise dans la rédaction.

Enseignements :

De plus en plus, les publicités publiées font également l’objet de pression sur les diffuseurs et plus exclusivement sur l’annonceur.

8. Air France

Lieu d’où survient la crise : Offline

Lieu de mécontentement :  Facebook
Niveau de crise : 1

Suite au décret anti-immigration de Trump, une journaliste de Télérama publie la photo d’une liste de passagers convoqués par Air France. Cette photo a fait le buzz sur les réseaux sociaux. Air France a expliqué que ces affichages servaient en réalité à régler des formalités administratives liées aux bagages, au surclassement ou au formulaire ESTA pour entrer sur le territoire américain, etc., et que  les passagers de cette liste ne sont pas concernés par les conditions d’accès aux États-Unis présentes dans le décret Trump. Ils ont tous embarqué

Enseignements :

Le contexte fait en sorte que les gens interprètent les informations d’une façon plutôt que d’une autre !