Plagiat du Soir : Marion Le Pen s’est-elle fait avoir par une propagande de l’Iran ?

Print Friendly, PDF & Email

Au début du mois de mars, une folle rumeur a sonné sur le Web à l’aide d’un site plagiat du Soir : Macron et l’Arabie Saoudite roulerait ensemble. Depuis, des experts européens pointeraient la Russie dans cette opération. Il fallait donc mener l’enquête sur la rumeur, ce que j’ai fait à l’aide de Brandwatch et Visibrain.

I. Enseignements

Comme l’article est diablement long, je vous mets les principaux enseignements en début d’article. Pour les journalistes, chercheurs, patients, et autres, je vous délivre l’analyse et l’enquête complète à la suite de ce chapitre.

1. Vraisemblablement pas une initiative venant de la Russie. L’hypothèse ? L’Iran

La seule origine que l’on peut pointer sur Twitter est celle des 3 comptes qui ont propagé la chose à ses débuts


 Que peut-on dire de ces 3 comptes ?

  • Gabriel Blanc (prénom et nom générique avec un petit chiffre) est un compte monté spécialement contre l’opération. En dehors de l’opération, son seul tweet sans mention est un tweet qui identifie clairement le wahhabisme, notion très peu connue chez nous, et qui n’a que peu d’importance pour la Russie.

  • Lina Vincent  (prénom et nom générique avec un petit chiffre) est un compte qui alpague également le Wahhabisme, l’Arabie Saoudite et Macron.

En regardant ses publications et surtout le compte où elle s’affilie, on retrouve les mêmes lubies et où l’on voit que celui qu’on présente comme l’allié de la Russie Le cioest montré du doigt :

Le compte envoie également ses bombes vers Russia Today et  Sputnik. J’ai quand même du mal à croire que l’état russe irait envoyer ses propres SKUDS à ses médias.

Par ailleurs, le compte est proposé en Russe. Et s’axe grandement à l’encontre du Wahhabisme.

  • John Smith (nom générique en anglais)  : un peu plus malin puisque ses tweets ont été supprimés depuis. Il a la force de parler en arabe également. Le dernier compte provient lui directement d’Iran. L’ensemble des indices fait donc que cela penche plus vers une propagande de l’Iran que de la Russie.

L’Iran qui est d’ailleurs un pays qui pense déjà fortement à la propagande européenne puisque je les ai déjà croisés dans des tactiques de propagande via hashtag :

Astroturfing Iran 2 Astroturfing Iran 3

On peut ainsi voir ce genre d’imagine circuler :

iran4

Ainsi lors d’une analyse pour Libéracisme, j’avais pu isoler une communauté de robot ayant écrit à eux seuls presque 17 000 tweets à 17.

Iran 2

Les messages étaient les suivants :

Iran 3

Quand on voit les comptes suivis, c’est également proche de la problématique iranienne :

2. Un mécanisme diablement malin

On peut désormais grâce à ce cas tenter une hypothèse de méthodologie de ce genre de manœuvre :

a) Identifier les faiblesses de l’adversaire

Macron a principalement à mes yeux deux faiblesses :

  • C’est un jeune parti. Du coup, il va avoir beaucoup d’opportunistes qui vont sonner à sa porte. Il ne saura pas cloisonner ses réseaux d’information et aura énormément de fuites en plus de tensions internes entre les « anciens » et les « nouveaux ». Entre la « gauche » et la « droite ».
  • Comme c’est un jeune parti, la seule zone d’ombre complète qu’il alimente est son financement.

Ici, c’est le financement qui a été choisi et qui peut permettre d’alimenter tous les complots possibles et imaginables.

b)  Chercher à nourrir ceux qui sont les premiers émotifs sur la fausse information

On le voit bien, les personnes contactées sont principalement ses adversaires : ceux qui émotivement peuvent confondre Le Soir.be et Le Soir.info

Par cela, ils jouent parfaitement sur le paradoxe réactionnel :

Il suffit d’introduire à l’intérieur des communautés d’intérêt le message parfait pour les « troller », les communautés d’en face réagiront mécaniquement pour toucher la véritable cible. On le voit dans mon analyse finale : ceux qui ont propagé l’histoire du Soir.Info sont des détracteurs de Macron. Jouer sur les Hateholders est donc un pari de choix que j’avais déjà identifié à de multiples reprises comme levier de marketing. seulement, cela serait la première fois que l’on assiste à  cela dans le domaine de la propagande.

c)  Le facteur chance ?

Il aura fallu plus de deux semaines afin que la mayonnaise prenne. Soit c’est le facteur chance, soit c’est le fait d’avoir envoyé le bon message au bon endroit dans un espace extérieur à Twitter. Il faudrait que Pierre Bourgeois daigne répondre par rapport à l’endroit où il a vu le message pour avoir une réponse. Mon hypothèse est que l’article a fini par réussir grâce à Facebook grâce à une technique assez connue exploitée fortement par le journal satirique Nordpresse. (Screnshoot réalisé par Le Monde ici)

Toujours est-il que tout paraît comme si l’initiative était apparue par le miracle du Saint-Esprit.

d) Le FN, des petits réseaux aux grands réseaux

Par ailleurs, ce cas me fait diablement plaisir puisqu’il confirme une hypothèse établie il y a un an : les politiques FN s’expriment grâce à leurs militants et assurent la virilité au sein de leurs réseaux :

Le FN constitue donc un réseau particulièrement exploitable. Il est facile d’envoyer des fakes correspondants à leur canevas (islamisme, Macron, etc) pour les voir tweeter tout cela à la vitesse de la lumière, et puis dénoncer leur propagande de fake news, et ce alors qu’il y croyait !

3. Une erreur du Soir, signe d’un manque de culture digitale

Si Le Soir avait écouté les tweets qu’ils recevaient via les « Via », ils auraient pu capter le site miroir 2 semaines avant les évènements. Vous me direz qu’il est très difficile de monitorer tous les tweets qui utilisent le « via ». Seulement, n’importe quel média peut mettre en place un système très facile.

Rajoutez une colonne sur Tweetdeck de recherche :

  1. Dans le critère de recherche, indiquez « Via @LeSoir ».
  2. Allez dans content, et indiquez dans excluding et rajoutez « www.lesoir.be »
  3. Rajoutez une alerte pour être tenu au courant

II. Le récit

Tout commence au mois de févier, presque deux semaines avant. Le fait est somptueux. Si Le Soir écoutait les tweets qu’ils recevaient via les « Via », ils auraient pu capter le site miroir 2 semaines avant les évènements.

Depuis, l’utilisateur a supprimé son tweet, ce qui peut tendre à prouver qu’il ne s’agit peut-être pas de son premier coup, même s’il n’y a pas d’autres tweets de cette personne sur l’entièreté (+ de 28 M de tweets) de la présidentielle. Ce compte ne poste rien de plus que cela. Puis, un autre compte s’active grandement pour envoyer tout cela à quelques personnes :

Les comptes visés ? Principalement des utilisateurs pro-Fillon et médias qui ne tomberont pas dans le piège

La démarche provient d’un certain Gabriel Blanc. Journaliste.

C’est intéressant parce que ce nom générique, créé en février 2017, qui se dit journaliste est la même technique du prochain compte propageant la rumeur :

J’ai alors demandé ce qu’ils tweetaient le plus via le logiciel Brandwatch. Pour Lina Vincent, cela donne ceci :

Sa mécanique est d’ailleurs utilisée pour d’autres actions :

Pour Gabriel Blanc, il n’y avait absolument aucun tweet en dehors de cette affaire. Ils semblent que tous les deux suivent des comptes en rapport avec l’Arabie Saoudite et l’Iran. Le jour suivant, des comptes anti-Israël publie l’information : Dans l’article que je ne citerai pas, on reprend l’information de Le Soir.info en pointant vers le cite comme source.

Ce sont ensuite des comptes iraniens qui propagent l’information :

Curieusement, au même moment, le site Islamisation publie un article comme quoi Jacques Attali préparerait le terrain en Arabie Saoudite. Je dis curieusement, car les informations mêlant Macron et l’Arabie Saoudite ne sont pas légion. Et là comme par hasard, elles se déroulent au même moment :

L’information sera surtout partagée grâce à l’aide de Louis Aliot :

Bref, plus de partage pendant plus de deux semaines autour de notre article Soir.info. Jusqu’au moment, où tout d’un coup, l’article ressurgit :

J’ai posé la question à Pierre Bourgeois, tout comme un autre journaliste qui était arrivé au même constat que moi :

Et il semblerait que nous ayons tous les deux fait chou blanc. Cela va finir par alerter des réseaux proches de François Fillon :

Avec comme la même source pour l’article, sur un site de communautés patriotes :

Alertée par ces petites communautés, Marion Le Pen va alors publier l’information avec le lien :

Les mentions du Soir vont alors monter en flèche bien aidé par deux gros comptes :

La similarité avec Le Soir aura troublé beaucoup de personnes :

Très rapidement, Libé va désintégrer l’intox :

Et puis par les décodeurs :

Au final, l’intox sera propagée par l’extrême droite, mais l’infirmation, uniquement par la presse. Le tout est schématisé par cette infographie :

III. Analyse de l’écosystème

Conscient du fait que la lecture des événements est assez difficile, j’ai décidé de faire deux choix méthodologiques :

  • J’ai isolé la première partie de la rumeur pour voir les propagateurs initiaux. C’est donc la propagation jusqu’à 16h.
  • J’ai également isolé uniquement ceux qui ont posté le lien LeSoir.info

Cela donne ceci :

Une fois l’univers circonscrit, j’ai introduit tous les profils dans le panel Visibrain de la présidentielle. Ce que je trouve dans les expressions les plus utilisées (sans prendre les retweets extérieurs) est assez intéressant :

Sur le dernier mois, le mot et le hashtag les plus tweetés sont… MACRON. Pas pour son slogan de campagne, mais pour d’autres choses : regardons le premier : # Fillon2017 suivi de #stopMacron #Fillonprésident  #Marine2017 et enfin lepionmacron. Ce sont donc en premier des fillonistes qui ont plongé. Au niveau des sources les plus tweetées, c’est l’effroi puisque ce sont essentiellement des médias alternatifs que l’on retrouve. On voit qu’il s’agit aussi de fans de Nicolas Sarkozy.

Les articles les plus partagés sont tous anti-macron :

L’ensemble des conversations dans cet écosystème se symbolise autour de Marine Le Pen et François Fillon avec Emmanuel Macron comme Punching Ball. (Attention, les points symbolisés peuvent ne pas s’être exprimés dans le panel, mais être retweetés/cités par ceux-ci) :