Mémoires des crises 2.0 : 2016 (Janvier)

Print Friendly, PDF & Email

À peine le bilan des crises 2.0 de l’année 2016 fourni que l’année 2016 s’ouvre déjà pour les mémoires des crises 2.0. Et force est de constater que l’on commence relativement fort avec 8 cas, et ce alors que j’avais annoncé un nouveau tassement, voire une domination du nombre de cas pour 2016.

1.White People Meet 

Lieu d’où survient la crise : offline,

Lieu de mécontentement : Twitter/Facebook
Niveau de crise : 1

Un site de rencontre va susciter la polémique sur la scène médiatique anglophone à tel point que la presse francophone va également en faire l’écho. Le but du site ? Que vous vous rencontriez entre blancs.

Public-bad-Buzz-Un-site-de-rencontre-raciste-et-homophobe-est-desormais-disponible-!_portrait_w674

Le créateur du site avait vraisemblablement tout prévu selon Huffington Post et parlera d’opportunité égale. Selon lui, il n’est pas du tout raciste puisqu' »il a une fois eu un rencard avec une femme de couleur noire ». Il a même aidé à éduquer un jeune enfant noir et revendique son droit à l’égalité pour tous face à l’hypocrisie du fait que si le site avait été Black People Meet, on n’en aurait pas autant fait.

Enseignements :

  • Vraisemblablement piloté pour faire parler de soi. Et cela a marché !

2. Le Festival de la BD d’Angoulême

Lieu d’où survient la crise : Facebook

Lieu de mécontentement : Twitter/Facebook/Blog
Niveau de crise : 3

C’est assurément la crise de ce début d’année. Le Festival de la BD d’Angoulême annonce la liste des nominés pour son grand prix. Dans celle-ci : aucune femme. Riad Sattouf va alors utiliser Facebook pour annoncer qu’il refuse sa nomination.

La polémique va alors grandir de partout, tous les médias se faisant le relais de l’action de protestation, tandis que d’autres dessinateurs se mobilisent également. Un Hashtag #WomenDoBD éclate même pour montrer à quel point les femmes sont bonnes en bandes dessinées. Celui-ci rassemblera 9500 tweets en plus des protestations. L’organisation va alors annoncer un rétropédalage total et proposer de nouvelles nominations avec des femmes à l’intérieur (dont une qui sera dans les finalistes) presque tous les articles qui annonceront le vainqueur, le Belge Hermann, parleront encore de la polémique allant parfois jusqu’à dire que le festival « veut faire oublier la polémique ». Et tout cela a démarré d’un simple post Facebook.

Enseignements :

  • À force de grandir et à l’heure où Barbie modifie ses standards, le féminisme va bientôt obtenir ses lettres de noblesse.

3. La FIFA

Lieu d’où survient la crise : offline,

Lieu de mécontentement : Twitter/Facebook
Niveau de crise : 1

La boulette du début d’année. La FIFA a annoncé à l’avance les vainqueurs du Ballon d’Or 2015 sur son site internet.

Il n’en fallait pas plus pour que la Fédération soit à nouveau raillée de partout.

Enseignements :

  • Un fail.

4. Netflix

Netflix

Lieu d’où survient la crise : Site internet

Lieu de mécontentement : Twitter/Facebook
Niveau de crise : 1

Parmi l’énorme bouquet mis à la disposition de ses utilisateurs par Netflix, des internautes vont trouver un film dont le doublage francophone laisse quelque peu à désirer.

Le tout est simplement loufoque et ce qui était une raillerie de Twittos est transformé en produit à Buzz pour les médias. Netflix va alors avoir une réponse tout à fait magnifique :

Enseignements :

  • Quand la crisounette est là, il suffit d’une pirouette de talent pour s’en sortir avec brio

5. Séoul Secret

Lieu d’où survient la crise : YouTube,

Lieu de mécontentement : Twitter/Facebook/YouTube
Niveau de crise : 2

Une publicité coréenne va susciter une vive polémique à travers le monde en raison de la promotion de la peau blanche qu’elle propage.

seoul-secret-snowz-star-thailande-thailandaise

Le slogan n’est autre que « Le blanc fait de vous un gagnant. »

Face à la vive contestation, l’entreprise va alors se fendre d’un communiqué :

« Nous désirons nous excuser pour cette erreur et nous prenons notre entière responsabilité par rapport à cet incident. Notre entreprise n’avait aucune envie de propager de messages racistes ou discriminatoires. Nous voulons exprimer nos  sincères excuses et vous remercier pour l’ensemble des commentaires. Dès à présent, nous avons retiré le clip vidéo, les publicités en rapport et toutes nos futures actions pour montrer notre pleine responsabilité dans cet incident. »

Enseignements :

  • C’est tellement ridicule qu’on se demande ce qui a bien pu leur passer par la tête.

6. Gourmet Burger Kitchen 

Lieu d’où survient la crise : offline,

Lieu de mécontentement : Twitter
Niveau de crise : 1

Il fallait bien un faux bad buzz dans le lot et cela vient de Gourmet Burger Kitchen qui a troll les vegans par publicités interposées.

Il faut savoir qu’en Angleterre se déroule au mois de janvier le « Vegenuary Month », soit le mois des vegans. Les messages sont alors :

Gourmet Burger kitchen Gourmet

Les meilleurs du lot étant « “Le burger, c’est le nouveau Quinoa” ou “Elles mangent de l’herbe, vous n’avez pas à le faire”

Finalement, la marque de Burger s’excusera sur sa page Facebook :

“Notre dernière intention était d’offenser qui que ce soit, en particulier les végétariens que nous nourrissons depuis la création de notre premier restaurant” avant d’ajouter “Après avoir vu tous vos messages, nous avons pris la décision de retirer certaines de nos affiches. Nous proposerons toujours du boeuf, mais espérons ne marcher sur les convictions de personnes en en servant”

Enseignements :

  • Trolling like a boss.

7. Carrefour

Lieu d’où survient la crise : Site Web

Lieu de mécontentement : Twitter/Facebook
Niveau de crise : 2

Petit événement local : une caissière handicapée à 80 % se fait licencier pour une erreur de 5,32 euros dans la caisse.  Cela occasionne selon le directeur « un comportement frauduleux, pas en conformité avec les valeurs élémentaires de probité et d’honnêteté » ce qui occasionne un licenciement pour faute grave, et ce alors que le client qui n’a pas payé les 5,32 a depuis remboursé les marchandises. 

L’histoire est alors racontée par le Parisien dont le premier partage sur Twitter est celui-ci :

À ce moment-là, aucune courbe de mention ne peut alerter Carrefour sur le fait qu’une crise est en train de se jouer :

Carrefour

Seulement le temps de 30 tweets sur le sujet que Libération reprend l’information sur son direct.

À ce moment, la crise se propage sur Facebook par article partagé, mais pas du tout sur Twitter ou même par les médias traditionnels. La compilation des mots autour de Carrefour ne trahit d’ailleurs rien à 10 h 30 :

Carrefour VOlume

Sur Twitter, les liens les plus partagés de la semaine sont par exemple :

Carrefour TOp Story

Le 3e média francophone impliqué ne relayera l’affaire qu’à midi. Cela n’est que le 50e tweet posté sur l’affaire.

Le 51e est d’ailleurs un autre média : Le Monde

Et le 67e pour le JDD

Et au 111e tweet :

Ça n’est qu’à partir de ce moment que la majorité des tweets recensés vont apparaître. Pour bien comprendre, regardons la courbe des tweets obtenue cette fois grâce à Visibrain :

Carrefour

On voit parfaitement l’arrivée de l’article du Parisien, suivi de la reprise par les autres médias. L’histoire n’explose que vers 20 h sur Twitter. Par contre, sur Facebook, l’article du Parisien affichait plus de 12 500 partages à 9 h.

Plus d’analyse ici.

Enseignements :

  • Même des entités locales peuvent subir un bad buzz national
  • Facebook, quand ouvres-tu tes données ?

8. Coca Cola

Coca-Cola_logo_2007

Lieu d’où survient la crise : offline,

Lieu de mécontentement : Twitter/Facebook
Niveau de crise : 1

Le schéma est classique et Coca Cola le connaît déjà pour avoir vécu une crise de la même façon. Ils mettent à disposition des internautes des vidéos et images estampillées de la marque et demandent aux internautes de réaliser une vidéo avec ceux-ci. Résultat, une pluie de détournements négatifs, dont le plus retentissant, est :

Enseignements :

  • Comme d’habitude, les campagnes peuvent être détournées à n’importe quel instant.

9. Le Journal du Dimanche

Logo_JDD

Lieu d’où survient la crise : offline,

Lieu de mécontentement : Twitter/Facebook
Niveau de crise : 1

Au finish de ce mois de janvier, le journal du dimanche va subir une petite tension sur Twitter à la suite d’un sondage plutôt tendancieux puisqu’à l’aide d’une étude Ipsos, Le JDD va dresser des sondages sur des stéréotypes.

JDD o-JDD-SONDAGE-2-570

Cela serait très partagé sur Facebook et sur Twitter, là où certains diront qu’une certaine bien-pensance est à l’oeuvre, signe qu’on vit dans une époque de tension, qui n’a pas besoin d’un énième sondage pour relancer les débats.

Enseignements :

  • Les Quizz et sondages sont souvent sujets à crise.