#Galantgate : du scandale à l’oubli grâce aux attentats

Print Friendly, PDF & Email

Voila maintenant 2 mois que la ministre du Transport, Jacqueline Galant était sur le grill. Alors qu’il apparaissait presque certain qu’elle donnerait sa démission, elle s’en est sortie sans une égratignure. Récit à l’aide de Visibrain Focus TM d’une communication de crise en 88 tweets qui a tourné à son avantage grâce à l’offensive du MR, et surtout aux attentats de novembre à Paris.

Le scandale survient pour la première fois dans le panel politique via la révélation du Vif l’Express :

Dans cet article, on apprend que le cabinet Galant aurait déjà mandaté pour plus de 150 000 euros le cabinet Clifford-Chance pour des matières juridiques à propos du survol de Bruxelles. Le tarif horaire est astronomique : 385 euros HTVA.

L’annonce est très vite relayée :

Le CDH est le premier parti à réagir :

L’affaire reste cependant très peu discutée puisque nous sommes loin des pics observés par la suite :

Capture d’ecran 2015-11-13 à 11.26.33

Le soir même, la RTBF relaie l’information :

Le blogueur Marcel Sel se fend d’un tweet sur base de cet article :

Le lendemain, c’est toute la presse qui tombe sur Galant :

Au même moment, le compte du MR, complètement déconnecté publie ceci :

Pendant ce temps-là, à l’initiative du CDH, Jacqueline Galant est appelée pour s’expliquer :

Et met en place sa stratégie de bouc émissaire en chargeant son administration :

On s’étonne d’ailleurs de l’absence du principal intéressé, à savoir Laurent Ledoux

Les politiques sortent du bois pour demander des choses claires en toute transparence :

Celle qui mène la charge du côté du CDH est Vanessa Matz, mais elle ne dispose pas d’un compte Twitter :

Pendant ce temps, Laurent Ledoux contre-attaque :

La bataille est donc clairement engagée :

L’opposition s’y donne en tout cas à coeur joie :

Et Galant a du mal à convaincre la presse :

Le lendemain, Galant est de retour devant la Chambre des Représentants :

Mais avant cela, Le Soir révèle que deux documentas transmis par Ecolo accablent particulièrement la ministre :

Dans ces deux documents, on trouve notamment la preuve que la ministre a agi illégalement :

Galantgatte

Ecolo est d’ailleurs sur tous les fronts :

Les mails commencent également à sortir :

La ministre est alors totalement acculée. Heureusement, elle peut compter sur le support des Micheliens, Denis Ducarme en tête :

Il va d’ailleurs tenter un déplacement latéral en disant que ce n’est pas Jacqueline Galant le problème, mais le système tout entier et qu’il faudra le moderniser :

Vanessa Matz, particulièrement contente de sa formule, la ressort une seconde fois :

C’est au tour de Charles Michel de défendre sa ministre et fidèle alliée en requalifiant le motif de culpabilité :

Ce qui aura le don d’énerver l’opposition :

Du côté de la presse, on est également assez acide :

Et comme un malheur ne vient jamais seul :

La curieuse absence de Jacqueline Galant fait que les journalistes sont en situation de siège du 16 rue de la loi :

Mais les journalistes se sont fait avoir :

À ce petit jeu, les Reyndersiens se donnent joyeusement en off :

Heureusement pour Jacqueline Galant, elle peut compter sur une semaine de vacances qui vient à bon escient ! Elle réapparaîtra par la fin du contrat avec la société d’avocat :

Cette nouvelle à peine digérée par toute la presse, Le Soir sort une exclusivité en divulguant la première facture du cabinet Clifford Chance

Jean-Marc Nollet fera preuve d’une très grande rapidité en demandant immédiatement une réunion :

Le CDH réagira également rapidement :

La Libre essaie de calmer les choses :

Entre-temps, il y aura bel et bien une conférence des présidents

Et la femme politique MR de toujours nier les sollicitations des médias :

Tandis que les fuites surgissent de partout :

Le président NVA de la Chambre demande à ce que tous les documents soient présents lundi :

Le vendredi fut un moment d’accalmie au niveau des révélations :

Dimanche, le premier tweet d’un membre du MR survient :

Le lundi, on préface la « Semaine Galant » :

Le Jour J et la stratégie d’offensive du MR

Se placer en victime

Du côté du MR, la stratégie a été bien préparée durant la semaine. Première étape, faire un travail de Public Relation pour obtenir un article de sudpresse, le quotidien le plus lu du pays et qui place la ministre comme une victime :

Deuxième étape, fournir tous les documents et plaider la transparence pour confirmer qu’on a rien à cacher et le statut de victime :

Requalifier l’acte d’accusation

Troisième étape, requalifier le motif d’accusation. L’imprudence simple est mauvaise. On parlera d' »imprudence administrative » :

Faire front

Quatrième étape, s’assurer le soutien en interne qui prouverait que la ministre est supportée par son parti. On voit dès lors les membres du Mouvement Réformateur enfin lâcher quelques tweets :

Dans cette stratégie de front commun, on se sert de la stratégie de la cabale : Jacqueline Galant est une femme à abattre.

On retrouve également Georges L Bouchez qui remet le même tweet que dimanche :

Cinquième étape, attendre un rapport d’un institut officiel pour venir en aide à la ministre :

6e étape, entretenir le flou sur la culpabilité entre Jacqueline Galant et Ledoux :

7e étape, repasser par le même Sudpresse pour mouiller les prédécesseurs :

 

La stratégie de communication est flagrante :

Capture d’ecran 2016-01-12 à 09.36.21

Reste à voir si la stratégie du MR va porter ses fruits…  Sauf que :

Capture d’ecran 2016-01-12 à 09.40.30

Les attentats passeront par là. L’attention des médias et des politiques va alors frôler le néant libérant l’étau autour de Jacqueline Galant. Elle était sauvée par ce drame. Le nettoyage se passera plus tard, loin des caméras :

Au total, la participation sur Twitter a été menée par le PS, PTB et Ecolo tandis que le MR a tenu un silence radio particulièrement flagrant :

GalantGate2

L’ensemble des échanges est le suivant :

GalantGate Twitter

Signe que dans les crises, ce qui compte est surtout l’attention des médias et que l’opinion publique vogue de crise en crise : c’est la gatification de la société. Un phénomène qui fait que l’on passe d’une séquence médiatique à l’autre.