Le mécanisme de la tempête médiatique récupérée sur Twitter. Le cas d’Aubervilliers

Lundi, un instituteur d’Aubervilliers s’auto-mutilait pour faire croire à une attaque de l’Etat Islamique. Tempête médiatique en raison du climat ambiant dans lequel l’extrême droite n’a une fois de plus pas raté l’occasion de déverser sa philosophie. Comment s’est déroulé cette récupération et ce déferlement médiatique sur Twitter ? Plongée dans Twitter à l’aide du logiciel Visibrain

I. Le récit

Le premier flash sur Twitter vient d’Actu17 reprenant une information de LCI qui dit « INFO TF1 » :

Les premiers commentaires ne tardent pas  :

Le bord politique est facile à identifier lorsqu’on voit sur ce compte des retweets du compte Twitter FrDeSouche.

À partir de là, le schéma classique se met en marche, à savoir la reprise par les autres médias sans aucun travail d’approfondissement :

On retrouve ainsi dans tous ces articles le même travail « d’exploration » réalisé par LCI qui disait :

« Dans son numéro de fin novembre, la revue francophone de propagande de l’EI, Dar-al-Islam, s’en prend violemment aux enseignants, accusés d’être “en guerre ouverte contre la famille musulmane”. Le groupe jihadiste actif en Irak et en Syrie appelle à les “combattre” et les “tuer”, ainsi que les fonctionnaires des services sociaux. »

Les autres comptes, dit d’alerte news sans valeur ajoutée reprennent :

L’AFP reprend alors l’information et cite le parquet ce qui crédibilise l’information :

L’information va être prise par les autres médias qui ont maintenant « une garantie » :

 

Et là on assiste à une récupération rapide de l’information par de multiples comptes de l’extrême droite :

Capture d’ecran 2015-12-15 à 13.33.39

Capture d’ecran 2015-12-15 à 13.33.52

Il s’écoule donc à peine 20 minutes entre la sortie d’une information et son instrumentalisation. Et ce même avant d’autres médias comme :

Il va encore y avoir des commentaires provenant uniquement de l’extrême droite :

On voit mêmes des conseillers politiques provenant du parti Les Républicains prendre position envers le FN grâce à cette

Cela va finir par attirer un « noeud de réseau du FN », c’est-a-dire une personne hyper connectée à l’ensemble du réseau FN

Le Live-tweet de l’événement est en marche :

Capu_Patriote FN Aubervilliers

L’ensemble de la propagation est schématisé par l’animation suivante :

Aubervilliers

On voit donc qu’à part les médias, il y a à ce moment peu de réactions en dehors du FN. Pourtant, très rapidement la ministre de l’Enseignement pense se rendre sur place :

Elle répond d’ailleurs aux demandes d’interview :

L’affaire est désormais une affaire nationale en raison du caractère terroriste. Pendant ce temps-là, on en apprend plus sur la nature des blessures :

Et les médias internationaux qui n’ont aucune information surfent également sur la chose, avec des visuels pour le moins étrange :

Et petit à petit, les questions surgissent sur Twitter :

Cependant, du côté des journalistes, on préfère creuser d’autres points :

À noter toutefois qu’un journaliste de BFM essaie de trouver d’autres réflexions :

D’autres continuent à trouver l’information très peu crédible :

Un indice intéressant est également apporté par ce twittos :

À 15 h 43 survient une photo non authentifiée :

Sur celle-ci, on peut tout de même se demander comment est-il possible d’avoir une blessure de ce type ? Et là, 16 h 47, coup de tonnerre :

C’est à partir de ce moment-là que les réactions vont être les plus nombreuses :

Capture d’ecran 2015-12-16 à 11.37.20

On va alors voir un « shift » de communauté, avec l’extrême droite qui va se faire moins présente (mais qui reprendra quand même l’information pour crier à des médias incapables, etc), tandis que d’autres vont venir uniquement vers 17 h pour critiquer les médias :

Et du côté du FN :

Marrant quand on voyait que certains pointaient les médias qui y allaient avec précaution :

Tandis que d’autres vont loin :

II. Analyse

Une actualité instrumentalisée des deux côtés

On le voit dans les premiers instants, le FN a particulièrement été actif pour récupérer l’information à son avantage.

Aubervilliers

Comme d’habitude avec le FN, les faux comptes étaient de sortie :

Capture d’ecran 2015-12-15 à 13.23.32 Capture d’ecran 2015-12-15 à 13.24.05 Capture d’ecran 2015-12-15 à 13.25.14

Et lorsqu’on observe la cartographie finale, on voit bien sa place dans les communautés. Toutefois, on remarque aussi la communauté de ceux qui défendent les musulmans apparaître une fois l’annonce de la fausse alerte sortie :

Cartographie Aubervilliers Twitter

On voit aussi tous ces « feux d’artifice » où chaque média capte ses communautés pour annoncer les informations. Au centre, l’implication de Najat Vallaud Belkacem est symbolisée. Ici, plus un point est « gros » et la police grande, plus cela veut dire qu’il y a des retweets ou des mentions de ce pseudo. Pour voir les personnes qui étaient les plus impliquées dans les discussions, j’ai décidé de montrer la même cartographie, mais en montrant ceux qui ont le plus mentionné de gens autour de l’événement :

Capture d’ecran 2015-12-16 à 11.03.31

On le voit, les médias sont bien moins actifs sur le sujet que les différentes communautés impliquées idéologiquement. Cela montre bien que l’actualité est récupérée politiquement par les deux camps, autant du côté de l’extrême droite que du côté des défenseurs des musulmans.

Comment le FN « newsjackise » les actualités

Il est assez intéressant de voir à quelle rapidité les communautés d’extrême droite arrivent à surfer sur une actualité. Sur base de mes observations, on peut définir le modèle suivant :

L’emballement médiatique

La répartition des occurrences médiatiques obtenues via Brandwatch montre également cette part importante des sites d’information et de Twitter :

Capture d’ecran 2015-12-16 à 14.04.35

Cela montre également aussi des sites comme europe-israel.org qui profite de l’événement pour récupérer cela politiquement.

Pendant ce temps-là, l’emballement médiatique est lui très habituel. On l’a déjà observé autour de l’affaire du bikini de Reims avec les mêmes « feux d’artifice »

Chaque média tweet son information qui touche ses propres communautés. L’information est ensuite récupérée par un groupuscule qui y voit une opportunité. On point dès lors normalement le fait que c’est ce genre d’emballement qui pousse à la psychose et au vote FN :

Cependant, par rapport à l’affaire du bikini de Reims, les réseaux sociaux n’ont pas été utilisés comme légitimation de l’information. En soi, il s’agissait d’un acte de terrorisme et cela méritait donc bien un traitement national. Toutefois, des indices (Cutter non présent dans les classes, l’utilisation du mot « Daesh », l’absence de témoin, le fait qu’il n’y ait pas assassinat, photographie de la blessure douteuse) permettaient de remettre en cause la version finale. Peut-être qu’un emballement moins fort aurait du être de mise, mais c’est facile à dire après coup et on voit également bien que l’information devient davantage discutée une fois la supercherie découverte que durant l’apparition de la nouvelle.

III. Conclusion

La France vit dans un état de psychose, dans l’attente du moindre microévénement pour lesquels les journalistes vont directement plonger. L’extrême droite et les groupes de pression s’engouffrent avec habilité dans ce climat pour y voir un avantage politique. Signe encore une fois qu’il va falloir faire preuve d’encore plus de vigilance à l’avenir sur tous les types d’information.