Mémoire des crises 2.0 : 2015 (Juillet)

Print Friendly, PDF & Email

Mon élan de reconquête du mémoire des crises de 2015 s’est quelque peu arrêté au regard de l’actualité du moment. Cependant, il est plus que temps de rattraper le temps perdu, puisque nous sommes bientôt à la fin de l’année !

54. Canal + 
logo-canal-plus-1

Lieu d’où survient la crise : Offline
Lieu de mécontentement : Twitter/Facebook/Blog
Niveau de crise : 1

Capture d’ecran 2015-07-03 à 12.20.41

Rien que sur le hashtag, il y a eu plus de 54 000 tweets par près de 28 000 utilisateurs en 3 jours. Seulement 44 % de liens dans les tweets, ce qui montre que le choc n’est pas informationnel, mais émotionnel. La part de retweet assez conséquente nous montre qu’il y aura sûrement des tournures de phrases drôles ou des stars impliquées.

Le premier tweet reporté provient d’Antoine Debregas :

Mais celle qui allumera le hashtag n’est autre que Nathalie Goulet :

Dans une démarche qui ressemble à celle de la pétition puisqu’elle en fera la promotion en disant qu’on avait « ouvert » le hashtag : (j’aime cette dénomination)

Elle en fera également la promotion via des meilleurs moments :

L’équipe des guignols va saisir la perche au bond pour confirmer la rumeur :

Pas mal de gens vont alors apprendre la nouvelle par l’entremise du hashtag :

Les stars vont alors venir montrer leur soutien :

Très rapidement, au-delà des guignols, le sujet devient la liberté d’expression :

Ou encore, « l’esprit canal » :

Les médias embrayeront comme d’habitude pour faire passer l’événement sous le prisme de Twitter

Le lendemain, nous aurons la reprise par les politiques de l’affaire

Enfin, le 3 juillet, tout n’est que retweet des principales célébrités avec pour seule exception ce qui clore un peu la narration :

Enseignements :

  • Typique d’une crise de « nostalgie » doublé à de l’indignation de voir Bolloré prendre des mesures extrêmes.

55. Sobe 

Lieu d’où survient la crise : Offline
Lieu de mécontentement : Twitter/Facebook
Niveau de crise : 1

La marque Sobre a décidé de faire une blague en mettant différents messages d’urgence dans ses bouchons. Une cliente a ainsi trouvé le message suivant :

SoBe

La blague n’a pas fait rire sur les différents réseaux sociaux :

Le PDG de la marque a répondu sur Facebook qu’il était désolé à propos des slogans et que ce n’était pas du tout leur intention. Ces citations avaient pour but de donner aux consommateurs un petit sourire ou une pause pour penser et n’avaient pas pour but de choquer. Ils prévoient de retirer ces slogans pour les nouvelles bouteilles, mais cela va prendre un certain temps avant que toutes les bouteilles concernées ne soient consommées.

 

Enseignements :

  • Il y a fort à penser que c’est une tentative de buzz de la marque calquée sur une crise antécédente qui est celle de Primark.

56. RTBF 
220px-RTBF.be_2010.svg_

Lieu d’où survient la crise : Offline
Lieu de mécontentement : Twitter/Facebook
Niveau de crise : 1

Durant un reportage mené à Dour, un journaliste de la RTBF, Thomas Rorive a suscité le malaise en montrant des festivaliers disant : « La drogue c’est bien… », « On nous a dit que le niveau de substances, ça pouvait être intéressant, donc oui, on est venu ». Dès le retour en plateau, le présentateur du JT, François De Brigade a tenu à s’excuser au nom de la chaîne et les réseaux sociaux ont été particulièrement vivaces. Visible vers la 22e minute :

http://www.rtbf.be/video/detail_jt-19h30?id=2030839

Le journaliste sera recadré par sa direction.

Enseignements :

  • Le service public se doit d’être extrêmement pointilleux

57. Boulanger 

boulanger-logo

Lieu d’où survient la crise : Offline
Lieu de mécontentement : Twitter/Facebook
Niveau de crise : 1

La CNIL française a trouvé dans la base de données client de Boulanger de nombreuses remarques au nombre de 5828 tout à fait désobligeantes. On trouve par exemple : « N’a pas de cerveau », « client alcoolique », « de confession juive » ou « la cliente est une grosse conasse ». À la sortie de l’information, la marque Boulanger va subir les foudres de quelques clients sur Facebook et Twitter. La marque va clairement s’excuser.

Étienne Hurez, directeur général de Boulanger se dira :  « choqué et surpris des informations communiquées par la CNIL » et a statué que « les faits sont rares, mais vrais. Nous ne devons pas nous défausser de ce manquement grave« .

Enseignements :

  • Exactement la même crise que celle vécue par Acadomia

58. Zara

zara_logo_2879 

Lieu d’où survient la crise : Offline
Lieu de mécontentement : Twitter/Facebook
Niveau de crise : 1

une cliente poste sa mésaventure avec l’enseigne Zara :

Le tout va monter pour atteindre 42 194 likes et trois réponses de la marque. On remarque que la plaignante énumère tout un tas de choses pouvant porter problème chez Zara. Il est donc facile en tant que client de s’identifier à une de ces situations, apportant un grand nombre de likes. L’entièreté de l’analyse se retrouve ici.

Enseignements :

  • Lorsqu’on multiplie les sujets de discorde, on arrive à capter une foule de gens suffisante pour créer un effet de « buzz ».

59. Amazon 
Amazon

Lieu d’où survient la crise : Blog
Lieu de mécontentement : Twitter/Facebook/Blog
Niveau de crise : 1

Au départ d’une vive polémique,  La blogueuse Imy Santiago qui raconte qu’elle n’a pas pu mettre un commentaire sur le site Amazon.

 

 

 

Amazon

Face à ce refus, elle a cherché à contacter Amazon qui lui a signalé avoir bloqué sa critique parce qu’elle connaissait l’auteur du livre. Si elle ne connaît pas l’auteur personnellement, il lui est arrivé de dialoguer avec celui-ci via les réseaux sociaux ce qui tendrait à prouver qu’Amazon espionne ses utilisateurs.

Enseignements :

  • Certaines pratiques sont évidemment excessivement condamnables et inflammables.

60. Top Shop 

Lieu d’où survient la crise : Facebook
Lieu de mécontentement : Facebook
Niveau de crise : 1

Grand classique du bad buzz sur les réseaux sociaux, l’enseigne Top Shop s’est fait attaquer sur Facebook pour l’utilisation de mannequin bien trop maigre au goût d’une internaute :

Top Shop Facebook

La réponse de l’enseigne n’a pas été des plus probantes puisque celle-ci a déclaré : « Nous pensons qu’il est important de donner une image saine de la femme. Ce style particulier est utilisé dans un petit nombre de nos magasins et est basé sur la taille standard britannique, du 38. La taille de 187 cm est plus grande que la moyenne et la forme des mannequins stylisée pour avoir plus d’impact en boutique. Étant donné que ces derniers sont fabriqués en fibre de verre, il faut que leur forme soit dans une dimension qui permet d’enfiler et d’enlever les vêtements facilement. Ce n’est donc évidemment pas une représentation d’un corps de femme lambda »

Enseignements :

  • Un grand classique..

61. Air France

 Logo_Air_France

Lieu d’où survient la crise : Facebook
Lieu de mécontentement : Twitter/Facebook
Niveau de crise : 1

Un passager d’Air France a eu la surprise de découvrir que sur les cartes d’Air France, Israël avait purement et simplement été gommée.

Air France Israel

Cela n’a alors pas être manqué d’être signalé par le compte de StandWithUs sur Twitter :

Il s’agit selon Air France d’un problème d’affichage et a été résolu rapidement :

Enseignements :

  • Les informations par rapport à Israël sont toujours un peu touchy.

62. Tokyo

Lieu d’où survient la crise : Offline
Lieu de mécontentement : Twitter/Facebook/Blog
Niveau de crise : 3

La ville de Tokyo qui accueillera les Jeux olympiques est dans la tourmente après que son logo soit apparemment un plagiat d’un graphiste belge :

dh8hqxl6qpeuudpwhiap

Après avoir nié en bloc, on a découvert de nombreux autres plagiats de la part de l’auteur du logo ce qui a poussé la ville à changer de logo.

Enseignements :

  • Tout se sait un jour ou l’autre.