Arrêt des guignols : l’analyse de #touchepasauxguignols

Print Friendly, PDF & Email

Après 28 ans d’existence, le programme phare de la dérision politique est en danger. L’annonce de cette possible disparition a fait l’effet d’une bombe sur les réseaux sociaux d’une intensité qui n’avait plus été observée depuis l’affaire des trains trop large de la SNCF. Il fallait donc que je sorte une analyse via le logiciel Visibrain Focus TM.

I. Compte-rendu

Capture d’ecran 2015-07-03 à 12.20.41

 

Rien que sur le hashtag, il y a eu plus de 54 000 tweets par près de 28 000 utilisateurs en 3 jours. Seulement 44 % de liens dans les tweets, ce qui montre que le choc n’est pas informationnel, mais émotionnel. La part de retweet assez conséquente nous montre qu’il y aura sûrement des tournures de phrases drôles ou des stars impliquées.

Le premier tweet reporté provient d’Antoine Debregas :

Mais celle qui allumera le hashtag n’est autre que Nathalie Goulet :

Dans une démarche qui ressemble à celle de la pétition puisqu’elle en fera la promotion en disant qu’on avait « ouvert » le hashtag : (j’aime cette dénomination)

Elle en fera également la promotion via des meilleurs moments :

L’équipe des guignols va saisir la perche au bond pour confirmer la rumeur :

Pas mal de gens vont alors apprendre la nouvelle par l’entremise du hashtag :

Les stars vont alors venir montrer leur soutien :

Très rapidement, au-delà des guignols, le sujet devient la liberté d’expression :

Ou encore, « l’esprit canal » :

Les médias embrayeront comme d’habitude pour faire passer l’événement sous le prisme de Twitter

Le lendemain, nous aurons la reprise par les politiques de l’affaire

Enfin, le 3 juillet, tout n’est que retweet des principales célébrités avec pour seule exception ce qui clore un peu la narration :

Wait and see.

II. Analyse

1. Analyse sémantique

Comme d’habitude, pour celle-ci, j’enlève les retweets pour n’avoir que les tweets « purs ».

Analyse des hashtags

Capture d’ecran 2015-07-03 à 13.02.15

 

On retrouve les classiques : boycott, jesuisX.

À côté de cela, on retrouve la contamination envers Sarkozy, que l’on sait proche de Bolloré (autre personne visée). Enfin, le hashtag #degreef contamine les deux informations.

Analyse des mots-clefs 

Capture d’ecran 2015-07-03 à 13.06.21

 

Dans les mots-clefs, on comprend que la majorité des gens appelle Twitter au secours, font part du fait que l’émission existe parfois depuis leur enfance et pousse les gens à signer la pétition pour garder les guignols. C’est donc typiquement un cas de nostalgie par rapport aux guignols, même si la liberté d’expression est également mentionnée.

2. Analyse des intervenants

Cela touche à peu près tous les types de profils :

Capture d’ecran 2015-07-03 à 13.17.50

Capture d’ecran 2015-07-03 à 13.43.53

Cela se retrouve donc naturellement dans le graphes : mention de Design, Canal Plus, Les Guignols, Gacciob, des stars, des politiques, et quelques médias.

3. Analyse de la propagation de l’information

Comme d’habitude, j’analyse la crise selon l’évolution des typologies de conversation du Pew Research Center sur Twitter :

Très intéressant, on va observer une foule étroite tout au long du processus de circulation de l’information :

GuignolsInfo

III. Les enseignements

1. Des médias qui se servent de Twitter pour meubler

C’est désormais une certitude, Twitter sert d’informations pour les médias pour trouver un angle pour parler sur du vent. En gros, la news tient sur un ticket de tram : les guignols, c’est peut-être fini. Tout au plus peut-on meubler avec une phrase de Vincent Bolloré d’il y a presque un an. Twitter va alors servir d’un angle pour faire un article : « Comment les stars et Twitter soutiennent les guignols », « les tweets les plus drôles », etc.

Les médias nous servent actualités après actualités ces pseudos « échos du Web », mais n’ont toujours pas recruté le moindre spécialiste du Web qui sera capable de mettre du contenu pour étayer les 10 tweets « LOL » que le stagiaire aura récoltés. On est donc condamné à rester dans le spectre du LOL, mais jamais dans celui du fond. Qu’est-ce que cela nous dit sur le monde dans lequel nous vivons ?

2. Les stars ? Indispensables

Les stars deviennent de plus en plus des relais qui sont capables de rendre un petit bad buzz en un truc gigantesque. 55 000 tweets juste pour un hashtag de soutien, il ne faut même pas imaginer l’ensemble des tweets autour des guignols. Ce constat a déjà été identifié lors de la crise TF1/Dropped, il faudra désormais compter avec les stars comme catalyseur d’événement. Je prédis que cela deviendra une future tendance pour tous els cas où Twitter va s’emparer d’un fait d’actualité qui le permet : on verra les stars faire du #newsjacking. Est-ce la fin des bases relais sur « influenceurs » pour se focaliser sur des « amis » VIP ?

3. Les politiques, ces chacals de l’actualité

Autre constat, à l’instar des stars, les politiques sont les premiers à sauter sur les événements pour faire du « newsjacking ». Cette technique, réservée sur le Web aux marques, est un classique du politique, qui dès qu’il le peut, arpente les médias pour donner son grain de sel sur l’actualité qui occupe ces derniers. Nous avions les politiques chacals des catastrophes, nous aurons de plus en plus les mêmes chacals sur Twitter qui essayeront de figurer dans le TOP 10 DES STARS QUI ONT PARLE DE CE DONT PARLE TWITTER. ( Corollaire de l’enseignement #1, vous l’aurez compris)

Reste pour eux à travailler leur réactivité, car la plupart n’ont pas osé se positionner dans les premiers jours, attendant le lendemain. Finalement seule, Nathalie Goulet en ressort pertinente. ( Il me semble d’ailleurs que ce n’est pas la première fois qu’on la voit active au bon moment et au bon endroit, ce qui montre soit une politique qui comprend bien les réseaux sociaux, soit un bon accompagnement du communicant)

4. L’habitude de changer son avatar/photo de profil

Véritable habitude lors d’un fait d’actualité national, le fait que beaucoup de gens changent leur photo pour marquer l’événement :

Capture d’ecran 2015-07-03 à 12.52.57 Capture d’ecran 2015-07-03 à 12.49.39 Capture d’ecran 2015-07-03 à 12.49.31

Déjà remarqué par Facebook qui a proposé un plugin pour mettre en couleur de l’arc-en-ciel sa photo de profil pour célébrer le mariage gay, cette habitude est de plus en plus constante. C’est donc un habile coup de la part de Juppé, même si cela tient plus du « buzz » éphémère que d’une chose bénéfique au long terme.

5. Une foule étroite de grande ampleur !

Jusqu’à présent, les cartographies de foule étroite montraient un petit monde qui tournait en rond, une petite communauté en microcosme. Pour la première fois, on voit une foule étroite avec pas moins de 25 000 personnes. Signe qu’à travers les guignols, c’est toute la société française qui est unie. Reste maintenant à savoir l’épilogue de ce cas. Si le jeu en vaut la chandelle, je couvrirai bien entendu la suite !