Mémoires des crises 2.0 : 2014 (Mars)

Print Friendly, PDF & Email

Retour de ces mémoires des crises 2.0 2014 avec le mois de mars. Pas beaucoup de nouveautés intéressantes si ce n’est ce cas du salon de Genève, où cela faisait longtemps qu’on n’avait plus eu une crise qui commençait sur Facebook.

18. Conseil général de Moselle

Lieu d’où survient la crise : Offline

Lieu de mécontentement : Blog / Twitter

Niveau de crise : 1

Pour sensibiliser aux déchets, le conseil général de Moselle publie dans son magazine mensuel une publicité dénoncée rapidement par la toile et le réseau des Chiennes de garde.

Moselle

C’est un mauvais concept, mais pour moi, ce n’est pas sexiste.  On a parlé de phallus en érection pour la bouteille, de testicules vidés symbolisés par la peau de banane ( non présent sur cette représentation) . Je trouve qu’on a été un peu loin. Bref, comparé à d’autres cas de visuel sexiste, on est loin du compte.

Enseignements:

  • Difficile de dire autre chose que : « encore une crise 2.0 de féminisme » comme les anciens mémoires des crises le commente. Pour une analyse plus profonde sur le sexisme dans les bad buzz, veuillez vous dirigez ici

19. Salon de l’automobile de Genève

Lieu d’où survient la crise : Facebook

Lieu de mécontentement : Facebook

Niveau de crise : 2

Un handicapé poste son cauchemar au salon de l’automobile de Genève  :

« Ma visite du Salon de l’Auto était un vrai cauchemar

Atteint d’une maladie qui touche mes muscles, je voulais visiter le Salon en chaise électrique…

Je suis atteint, de dermatopolymyosite, maladie auto-immune, maladie rare et dégénérative de tous les muscles. Je peux actuellement grâce à ma voiture et ma chaise électrique être un peux indépendant, pour combien de temps… je l’ignore.

Passionné de sport automobile, je me suis dis Salon de l’auto pourquoi pas. 

Alors le 5 mars je téléphone au salon, pour m’informer, en expliquant mon cas ( voiture, chaise électrique ) la personne qui me répond s’informe et me dit, vous pouvez parquer au P12, pas de problèmes + ascenseur, yes le paradis ( je croyais ). 

Arrivé le 6 mars au matin, environ 9 heures, malgré ma carte de stationnement pour handicapé, mon macaron, rien à faire « allez au P49, il y des navettes des bus aménagés, des plates formes pour chaise électrique sans problèmes allez allez on circule ».

Pas de places pour handicapés au P49 ( d’après sécurité ) Super place en dévers serrée, mais on y arrive, navette P47, le parking d’après, cool… pour mes petites roues et l’état du revêtement. Arrivé, pas moyen de monter dans le bus, c’est la ruée et le chauffeur me dit de prendre la suivante. Regardant au loin, je vois le bâtiment et je me dis pourquoi pas essayer d’y aller. En faisant attention et à 6 km heure je risque pas grand chose. Belle aventure jusqu’à la porte 5, enfin réussi ! 

Je visite en premier la halle 7, j’ ai des connaissances qui tiennent un stand, ( d’après leur infos il restait des places handicapés au P12 ?? ). première remarques pas très fines d’un sécuritas, « chaises électriques interdites, etc.. » je lui explique mon cas, il part en … ???. 

De retour dans les halles 4 et 5, je me fais sauter dessus par un pompier qui m’aboie que les chaises électriques sont interdites et que je fais mal dans le paysage, que le cortège du président de la confédération arrive et qu’il faut que je me casse (terme du pompier), aidé d’un de ses collègue, ils font faire volte face à ma chaise, ayant la force d’un enfant de 6 ans ( pour 100 kg ), ayant tous les muscles atteints, sans compter les douleurs qui vont avec, j’ai pu en m’affalant sur la direction, rester sur ma chaise, ( tombé m’aurais causé d’énormes dégâts ), dès que j’ai pu, j’ai filé, en serrant les dents pour ne pas hurler avec cette nouvelle intensification des douleurs ( merci les pompiers !! ).

Pensant en rester là, je profite d’acheter t-shirts et casquettes pour mes enfants et demande à la dame du stand info, justement si elle à des infos sur ce problème de chaises électriques, elle me dit de regarder avec le secrétariat à coté de la boutique du salon.

Là on m’informe que Mr Hefti directeur ( que je n’ai pas sollicité, j’ai juste demandé pourquoi ? ) était en visite avec Mr le Président, mais que son adjointe allait venir, femme très sympathique et avenante qui m’a en plus offert un café, elle était toute désolée et m’a dit que le chef de la sécurité allait venir. 

Aie !! Rarement vu, un homme aussi arrogant, impertinent, malhonnête. En deux mots, il me dit que ma carte d’invalide est une carte AVS ??, bravo pour un chef de la sécurité. Que je n’ai rien à faire ici au salon avec une chaise électrique ( dimension au sol de ma chaise parfaitement conçue pour l’intérieur : 1,1 mètre par 0,70 mètre, bridée à 6km/h ), que si je suis vraiment handicapés, il faut informer le salon quelques jours avant, ils peuvent me prêter une chaise roulante et avoir un accompagnant. Sur ce, il me raccompagne à la porte P13 la plus près, paniqué ne sachant pas comment faire pour retourner au parking P49, je lui dit que je veux avant de partir manger au restaurant, ce qu’il m’accorde. Je profite dès qu’il à le dos tourné pour vite m’échapper, par la porte P5 d’où j’étais venu. Ouf, j’ai réussi … mais quelle angoisse.

Cerise sur le gâteau, j’ai du payer le parking, normal pas normal avec ma carte de stationnement, je ne sais pas, au P12 je le savait. Si je résume, prix entrée, parking, trois t-shirts, trois casquettes, le trajet Bussigny retour, tout ça pour juste avoir l’odeur du salon, génial !! 

De ma vie, j’ai 55 ans je n’ai jamais, jamais été aussi humilié, je n’aurais jamais pensé rentrer chez moi, en pleurant comme un gamin.  

Moi, qui avait retrouvé confiance, un peu d’indépendance, de soleil avec ma chaise électrique, de pouvoir faire encore quelques temps des choses qui m’intéressent, ma maladie étant dégénérative. Une chose est sûr, j’éviterais Palexpo à l’avenir.  

Mais le plus dur c’est ce regard, cette considération. Pour certaine personnes, nous autres … handicapés, sommes des gens à bannir de la société, à enfermer dans des EMS, et pourtant ………

pour info je suis toujours resté poli et le plus zen possible avec ce Monsieur de la sécurité. 

Olivier Wehren »

La situation va durer et durer parce qu’ils chercheront à d’abord, noyer le poisson, puis à négocier avec le principal intéressé pour que celui-ci stoppe tout commentaire. L’un des principaux intéressés refusera également de s’excuser. Au final, la situation reste jusqu’à maintenant sans  « solution » et a cristallisé plus de 12 000 likes, en plus de la couverture presse écrite et radio qui en a été faite.

Enseignements:

  • La seule façon de rétablir la situation est de ne pas de se préoccuper des liens AUTOUR DU CENTRE, mais bien du centre lui-même, c’est-a-dire la personne par qui l’affaire a commencé.

  • Également, je ne peux conseiller qu’une chose : ne jamais négocier avec une personne pour que celle-ci cesse sa publicité négative, car cela voudrait dire que vous ne vous intéressez à son cas que par la publicité qu’il génère et pas pour régler son problème.

20.  Stabilo

Lieu d’où survient la crise : Offline

Lieu de mécontentement : Twitter / Blog

Niveau de crise : 1

Stabilo  a fait parvenir à des rédactions, dont celle de aufeminin, un communiqué de presse :

Stabilo

La rédaction d’aufeminin.com réagit directement à travers un article qui partage leur indignation. Très vite, cette indignation est partagée sur Twitter et sur certains blogs. La marque tardera à répondre (intentionnellement ?):

stabilo2

Ca n’aura pas calmé les foules puisque la marque se contente de rebondir pour faire encore plus de publicité en surlignant « mille excuses » et en mettant le surligneur en star du message ( tellement grand qu’il peut déclencher des réactions)

Enseignements:

  • Les marques ne reculent devant rien pour faire parler d’elles.
  • Le mythe du rire comme stratégie de réponse en gestion de crise a encore fait des émules.

21. Target

Lieu d’où survient la crise : Site Web

Lieu de mécontentement : Twitter/Blog

Niveau de crise : 2

Une blogueuse met en cause la marque et son Photoshop flagrant dans le but de réaliser un « tight gap » , véritable tendance à risque chez les jeunes filles.

 

 

 

capture-d-ecran-du-thight-gap-photoshoppe-194035_w625

La marque devra présenter ses excuses après que le contenu soit devenu viral et présents sur de nombreux sites d’actualités en ligne.

Enseignements:

  • Les reportages pour dénoncer ce culte du Tight gap fleurissent de plus en plus. Il fallait donc être conscient qu’un Photoshop aussi flagrant ferait l’objet de critiques virulentes. Il est nécessaire pour les marques de faire une veille sociétale.

22. H&M

hm

Lieu d’où survient la crise : Offline

Lieu de mécontentement : Blog/Twitter

Niveau de crise : 1

Un blogueur israélien qui s’appelle Eylon Aslan-Levy, a dénoncé un t-shirt H&M anti-israéliens :

T Shirt HM

 

«  Je me promenais dans les rayons homme de H&M sur Oxford Street à Londres, quand je suis tombé sur ce débardeur assez choquant. Au début, j’étais assez surpris, puis ça m’a amusé parce que cette création était véritablement une erreur. Puis je me suis demandé si je ne devenais pas paranoïaque : il n’y a peut-être que les juifs qui voient une étoile de David lorsque deux triangles se chevauchent. Mon inquiétude concernant cette tête de mort était peut-être le fruit de mon anxiété juive ? Mais finalement, quelle que soit la pensée du concepteur, toute personne ordinaire verra un crâne au milieu d’une étoile de David. Ce t-shirt doit donc être retiré de la vente  » ( Le Soir) 

Un porte-parole de la marque présentera ses excuses et retirera le t-shirt de tous les magasins.

Enseignements:

  • Les marques de vêtements ont un véritable travail à faire sur les motifs et illustrations présents sur leur vêtement. Il s’agit d’une véritable tendance pour cette année 2014.

23. British Airways

Lieu d’où survient la crise : Offline

Lieu de mécontentement : Twitter

Niveau de crise : 1

Sur Twitter naissent des messages qui font état d’une publicité qui comporte « découvrez l’océan Indien » en pleine affaire du crash de la Malaysia Airlines :

PubBritishAirways océan indien

Je crois d’abord au fake avant de trouver une autre image de la publicité en question qui est en fait une vidéo:

BritishAirways2

La compagnie a présenté ses excuses sur Twitter: « Our Indian Ocean advert contained pre-scheduled content that we recognise is inappropriate at this time. We’re sorry for any offence caused »

Enseignements:

  • Toujours avoir une veille sur les actualités et prendre conscience du framing du moment.

24. Clarisonic

Lieu d’où survient la crise : Blog

Lieu de mécontentement : Twitter/Facebook/Blog

Niveau de crise : 1

Une blagueuse de beauté raconte son calvère après deux mois d’utilisation du produit clarisonic où elle montre un résultat effarant:

L’article sera fortement partagé sur les réseaux sociaux ( plus sur Facebook que sur Twitter) et suscitera beaucoup de commentaires ( + de 90 !), certains s’indignant de ce cas tandis que d’autres dénoncent une mauvaise utilisation du produit. Toujours est-il que la force de l’image est telle que cela ne manquera pas de faire peur autour du produit.

Enseignements:

  • /

Voilà , rendez-vous en mai 2014 pour les mémoires des crises d’avril !

 

 

La suite ?